Brigitte Masquelier installe une mythologie personnelle

jeudi, février 1, 2018
By alexandre

IMG_8823 - Copie

Le travail plastique de Brigitte Masquelier repose en des installations, confrontation d’objets recyclés, détournés, interprétés et d’autres créés dans la perspective de donner du sens au sein de leur confrontation.

Ces installations contiennent la plupart du temps des carnets, livres d’artistes, cartes postales et petits objets venant enrichir le propos. Ces objets sont des pièces originales, uniques ou de reproduction très réduite et faites « à la main » par l’artiste.

« Ma recherche, explique la plasticienne, repose sur le développement d’une mythologie personnelle mettant en exergue des matériaux dits « pauvres » emblématiques de mon  histoire personnelle, de mon parcous intime et mes origines belges. »

Ainsi, native du pays minier de Charleroi en Belgique, l’artiste a choisi un matériau de prédilection : le charbon. Celui-ci a été exploité dans des dessins et des installations en relation avec des souvenirs d’enfance. «Le statut intimiste du livre d’artiste autour de cet objet emblématique du charbon, fit que la présence de celui-ci allait de soit au sein des installations, tout en étant une œuvre à part entière et de manière indépendante. »

D’où le désir de Brigitte Masquelier de développer ce mode d’expression par la suite, autour d’autres matériaux aussi prégnants, tels que le savon, la laine de mouton (le doudou de l’enfant, objet transitionnel de la mère) et le pain azyme (à travers l’hostie, tout en prenant des distances avec la connotation religieuse de celle-ci). Et plus récemment des cartes perforées ayant servi à la réalisation de textiles jacart à Mouscron.

Du 10 février au 24 mars à la Galerie Alexandre, 25, rue Gaston Folloppe à Bernay. Jeudi et vendredi de 17h00 à 20h00. Samedi de 11h00 à 13h00 et de 16h00 à 20h00.

Vernissage samedi 10 février à partir de 18h00.

Comments are closed.

Archives